2018-12-03 
Coopération : Deux institutions sœurs de la CEMAC renforcent leur collaboration.

http://www.oceac.org/pics/634_Cooperation.jpg

Le ciel est bleu entre la Commission Economique du Bétail, de la Viande et des Ressources Halieutiques (CEBEVIRHA) et l’Organisation de Coordination pour la lutte contre les Endémies en Afrique centrale (OCEAC), deux Agences d’Exécution de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale(CEMAC), qui se retrouvent pour sceller un partenariat formel allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations, par la mise en place d’une approche « Une Santé » en zone CEMAC

Deux hommes de conviction pour un projet novateur : initiative louable pour les deux institutions, le Dr Obiang Ada Manuel Nso et M. Pedro Bayeme Bayeme Ayingono, respectivement Secrétaires Exécutifs de l’OCEAC et de la CEBEVIRHA se lancent dans une belle aventure formelle qui vise à faire de la santé humaine et animale, une seule santé, au bénéfice des populations de la sous-région de l’Afrique Centrale, en tenant compte des pathologies de l’heure.

Il s’agit ici de mutualiser les efforts pour mener de manière synergique et coordonnée, des actions visant à lutter contre les maladies zoonotiques. Cet accord qui voit le jour ce vendredi 09 novembre 2018, permettra aux deux Institutions de faire non seulement le plaidoyer pour l’engagement des Etats de la CEMAC/CEEAC à se doter d’un programme sous régional sur l’approche « Une Santé » , mais aussi de mobiliser de manière conjointe les ressources nécessaires pour la mise en œuvre dudit projet et en fin d’accompagner l’élaboration du cadre légal et institutionnel pour la création et le fonctionnement des plateformes « Une santé « en Afrique Centrale. Tels sont les principaux objectifs de cet accord. Il convient de préciser que les grandes flambées épidémiologiques mondiales sont causées par les maladies provenant des animaux ou de l’environnement, dont 75% des maladies infectieuses humaines ont une origine animale ; 60% des maladies infectieuses humaines existantes sont zoonotiques et 80% des agents potentiellement utilisables dans le bioterrorisme sont des agents pathogènes zoonotiques, d’où nécessité de faire front commun. Les documents ont été paraphés par M. AYENEGONI, Secrétaire Exécutif de la CEBEVIRHA et Dr Obiang Ada, Secrétaire Exécutif de l’OCEAC pour une durée de 5 ans renouvelable.

Pour en savoir plus : www.oceac.org

 

 

 

Top