2018-06-12 
Epidémie d'Ebola en République démocratique du Congo : la coopération scientifique franco-congolaise mobilisée

Le ministre de la Santé de la République démocratique du Congo (RDC) vient d’annoncer que le pays fait face à une nouvelle épidémie de maladie à virus Ebola, la neuvième de cette nature. Une réaction rapide et coordonnée des pouvoirs publics et la mobilisation scientifique internationale seront essentiels pour contenir cette épidémie. La coopération scientifique franco-congolaise est déjà mobilisée, et va pouvoir s’appuyer sur les actions de préparation aux épidémies et de formation des équipes locales sur le virus, comme sur la qualité de la collaboration scientifique mise en place entre pays africains.


© IRD / Eric Delaporte Séance de décontamination des soignants après intervention au Centre de traitement Ebola de Conakry en 2015

Le Laboratoire mixte international "Prévention et prise en charge des maladies infectieuses émergentes" ( LMI PréVIHMI) coordonné par l’IRD est en première ligne pour étudier cette nouvelle épidémie d’Ebola. Il a notamment permis de diagnostiquer ces nouveaux cas avérés de maladie à virus Ebola en RDC.

Structure opérationnelle internationale et régionale de recherche sur les infections rétrovirales, il associe le laboratoire TransVIHMI (IRD/UCAD/Université Yaoundé 1/Université de Montpellier/Inserm) à Montpellier, le laboratoire du CREMER à Yaoundé (Cameroun) et le laboratoire de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) à Kinshasa (RDC) dirigé par le Pr. Jean-Jacques Muyembe-Tamfum et le Dr. Steve Ahuka-Mundeke. C’est notamment la coopération entre les équipes de la RDC et du Cameroun qui a permis de renforcer les capacités de diagnostic de l’INRB de Kinshasa.

Les travaux de recherche vont se poursuivre sur les programmes initiés au plus fort des épidémies précédentes pour permettre aux équipes locales d'élaborer et de mettre en pratique des techniques diagnostiques mais aussi de prise en charge, de gestion des aspects socio-anthropologiques, d’adaptation des services de santé, mais aussi la recherche de l’origine de ces épidémies qui reste toujours aussi mystérieuse, ce qui rend leur prévention d’autant plus difficile. L’IRD a également engagé un programme structurant interdisciplinaire partenarial ( PSIP) "Changements globaux et risque infectieux émergents" dont la feuille de route contient également des actions de formation, de préparation aux épidémies et de recherche.

 

 

 

 

Top